| | News

La Venice Time Machine de l'EPFL lâchée par les Archives d'Etat de Venise: le projet fortement remis en cause

Venice Time Machine | DR

EXCLUSIF - Le grand projet de l'EPFL a été lâché par son principal partenaire, a appris notre envoyé spécial à Venise.

Coup dur pour l’immense projet Venice Time Machine, basé à l’EPFL, et qui veut tirer profit des technologies numériques pour faire parler les documents historiques de Venise et reconstruire le développement urbain et social de la Sérénissime à travers les siècles: les Archives d’Etat ont indiqué vouloir cesser leur collaboration, a appris Heidi.news!

Pourquoi c’est gênant. C’est sur la base de 80 km de livres et de documents d’archives stockés dans des bibliothèques et datant du XVIe au XIXe siècle que les spécialistes en humanités digitales de l’EPFL, notamment, ont commencé à faire revivre virtuellement la Cité des Doges. Des prototypes de moteurs de recherche utilisent notamment des nouvelles méthodes de reconnaissances des écritures manuelles. Sans ces sources de base, c’est tout le projet, qui a récemment acquis une vaste dimension européenne, qui se voit remis en question. Cette annonce tombe alors que se tient ce mardi à Venise la conférence de la fondation ArtTech, dont la Venice Time Machine est l’un des projets phare, également à l’origine de notre grande exploration sur le potentiel de ces technologies.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi