Le système de compensation carbone de la Californie est parti en fumée

En Californie, les incendies ont émis plus de millions de tonnes de CO2 en dix ans mais cette année ce sont les forêts européennes (comme ici en Espagne) qui brûlent. EPA/Sxenick

Les gigantesques incendies qui ont ravagé la Californie ces dernières années ont épuisé le système des crédits carbone basés sur des projets de reforestation ou de protection des forêts dans cet Etat, révèle une étude de Carbon Plan dont se fait l’écho le Financial Times. En dix ans, ces incendies ont libéré près de 6 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, soit quasiment l’équivalent des crédits carbone que représentent les projets de reforestation destinés à assurer contre ces risques de feux pendant un siècle. Cela signifie que ce système de compensation carbone n’a plus la moindre marge, avec un déficit qu’il sera difficile de combler si l’on met dans la balance la lenteur de la croissance des arbres vis-à-vis de la rapidité de leur destruction par des incendies dont le risque augmente avec le réchauffement.

Pourquoi c’est significatif. La Californie a mis en place l'un des premiers systèmes d’échange dans lequel les entreprises émettrices de CO2 achètent des crédits carbones émis par des projets de reforestation. Les arbres séquestrent, en effet, le CO2 atmosphérique. Mais pour que ce système fonctionne encore faut-il qu’il soit durable (100 ans pour les arbres de Californie). L’étude de Carbon Plan relève que le système d’assurance contre le risque d’incendie de ce mécanisme a épuisé toutes les réserves pour un siècle à cause des incendies géants de ces dernières années. Une leçon à retenir pour les entreprises helvétiques et européennes de plus en plus nombreuses à miser sur ce système de compensation forestier alors que le réchauffement augmente partout le risque d’incendies.

link

Financial Times