| | News

Le Nobel de physique met les trous noirs à l'honneur

Simulation d'un trou noir | Alain Riazuelo/Creative Commons

Le comité Nobel l’a décidé: l’astrophysique est une nouvelle fois à l’honneur en 2020, après avoir notamment récompensé Michel Mayor et Didier Queloz de l’Université de Genève en 2019. Cette année, il a décerné le prix Nobel de physique à trois chercheurs: Roger Penrose pour ses travaux sur les trous noirs, et Reinhard Genzel et Andrea Ghez pour leur découverte d’un objet supermassif au centre de notre galaxie, que l’on sait aujourd’hui, grâce à leurs travaux, être un trou noir.

Pourquoi on en parle. Le prix Nobel de physique est l’une des plus prestigieuses récompenses scientifiques, qui vient souvent consacrer des carrières entières. Cette année 2020 a bien entendu une saveur particulière, au vu de la place que la science a prise avec la pandémie de Covid-19. Surtout, le Nobel de physique reste encore un bastion masculin. Andrea Ghez n’est que la quatrième femme lauréate de ce prix, après Marie Curie en 1903, Maria Goeppert-Mayer en 1963 et Donna Strickland en 2018.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi