Réservé aux abonnés

Le Prix Benoist, considéré comme le «Nobel suisse», pour l'inventrice de l'horloge la plus précise au monde

Ursula Keller, professeure en physique expérimentale à l’Institut d’électronique quantique de l’ETH de Zurich. | Heidi Hostettler

Quel est le lien entre la physique expérimentale, le droit public, la médecine et la technologie? Aucun en apparence. Mais ce lundi 12 septembre, deux chercheuses spécialisées dans ces domaines ont reçu les prix scientifiques suisses. Considéré dans le milieu de la recherche comme le Prix Nobel suisse, le Prix Marcel Benoist revient à Ursula Keller, professeure en physique expérimentale à l’Institut d’électronique quantique de l’ETH de Zurich. Quant au prix Latsis, qui honore les travaux de chercheuses et chercheurs de moins de 40 ans, il revient à Kerstin Noëlle Vokinger, professeure assistante en droit public et numérisation à l’Université de Zurich. Le jeune chercheuse est docteure en droit et en médecine.

Pourquoi on en parle. Annoncés ce matin à Berne en présence du conseiller fédéral Guy Parmelin, les prix scientifiques suisses 2022 mettent en lumière les travaux d’une pionnière de la physique des lasers et ceux d’une juriste et médecin ayant développé une approche méthodique interdisciplinaire unique en Suisse, à l’interface entre sciences médicales, juridiques et analyses des données grâce à l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter