| | reportage

Le lanceur russe Soyouz réparé, CHEOPS, premier télescope spatial suisse, doit décoller ce mercredi

CHEOPS va profiler les exoplanètes déjà connues, en les observant avec une immense précision | Dessin d'artiste: ESA

Rebelote: les concepteurs russes de la fusée Soyouz et les responsables d’Arianespace, entité qui gère les vols spatiaux européens, ont décidé de faire une nouvelle tentative pour lancer depuis Kourou (Guyane française) CHEOPS, premier télescope spatial construit en Suisse: rendez-vous est pris ce mercredi matin à 9:54 (heure suisse). Mardi matin, le décollage avait été reporté en raison d’une défaillance technique sur le vieux mais d’ordinaire fiable et robuste lanceur russe.

Pourquoi c’est important. Pour les scientifiques des universités de Berne et Genève, qui ont géré ce projet pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA), ce décollage doit être l’aboutissement de presque sept ans d’efforts tendus. De quoi faire briller la Suisse dans la galaxie des pays pouvant se targuer de mener des missions spatiales d’envergure.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi