| | News

Le Geneva Science and Diplomacy Anticipator veut anticiper les technologies du futur

Robot humanoïde Sophia (image d'illustration) | ENRIC FONTCUBERTA/EPA/EFE/KEYSTONE

Une initiative de plus entend tirer parti des forces de la Genève internationale, afin de favoriser des innovations à même de répondre aux défis scientifiques et technologique d’aujourd’hui et de demain. Il s’agit de la fondation Geneva Science and Diplomacy Anticipator (GESDA), annoncée le 20 février 2019 sur l’initiative conjointe du Conseil fédéral et du Canton de Genève. Elle sera opérationnelle à partir du 1er janvier 2020.

Pourquoi c’est intéressant. Cette initiative a des atouts de taille pour remplir sa mission de trait d’union entre mondes académique et diplomatique. A commencer par la composition de son conseil de Fondation et de ses commissions, qui regroupent des personnalités comme l’ancien président de l’EPFL Patrick Aebischer, l’ancienne présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey, l’ancien directeur général de Nestlé Peter Brabeck-Letmathe, ou encore la directrice générale du CERN Fabiola Gianotti.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi