| | Analyse

Le coronavirus met la recherche clinique sur les autres maladies entre parenthèses

L’agence du médicament américaine FDA a indiqué qu’elle accepterait les données cliniques obtenues par télémédecine pour les essais cliniques impactés par la crise du Covid-19. | Keytone /AP / Jacquelyn Martin

Au 14 mai, 826 organisations ont indiqué des retards ou des suspensions de plus 1100 essais cliniques de médicaments dans le monde, selon le site spécialisé Clinical Trials Arena. Entre manque d’investigateurs mobilisés par la crise du coronavirus et prudence vis-à-vis de patients souvent à risque qu’on a tenu loin des hôpitaux, la recherche clinique non Covid-19 est sur pause. Elle redémarre doucement en Europe. Mais le poids particulier des Etats-Unis pour les essais destinés à l’enregistrement de médicaments prolonge les difficultés.

Pourquoi c’est déterminant. A juste titre, une grande attention est portée aux médicaments que l'industrie pharma développe pour traiter Covid-19. Ces efforts, après la mise entre parenthèses de nombreux essais cliniques, pourraient avoir un coût pour la santé publique en bloquant les progrès des médicaments expérimentaux pour d'autres maladies. Cela fragilise les entreprises, en particulier les jeunes biotechs, dont les thérapies innovantes supportent déjà un risque énorme: deux tiers des candidats échouent lors de la phase III des essais cliniques en temps normal. Enfin, cette industrie représente le tiers des exportations pour la Suisse.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi