Réservé aux abonnés

Le confinement a aussi sauvé des vies en réduisant la pollution

Un homme en Chine dans un smog de pollution (image d'illustration) | ROMAN PILIPEY/EPA/KEYSTONE

D’après une étude du MIT, les différents confinements nationaux mis en place pour lutter contre la pandémie ont substantiellement réduit la pollution de l’air, et cela, à l’échelle de trois continents. Ces scientifiques estiment que 96’000 décès ont ainsi été évités durant les premières périodes de confinement au premier semestre 2020.

Pourquoi c’est important. Chaque année, la pollution de l’air est responsable de millions de morts prématurées à travers le monde. En cause, notre mode de vie, nos déplacements, nos installations industrielles, entend-on souvent. La situation exceptionnelle née des confinements a permis d’étudier la pollution de l’air d’une façon inédite.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter