Le confinement a amélioré la qualité de l'air et retardé des milliers de décès prématurés

La ville vide de Wuhan, point de départ de l'épidémie | Keystone

Une équipe de chercheurs de l'université des sciences et technologies de Hong Kong estime qu'environ 24'000 à 36'000 cas de mortalité précoce dus à la pollution de l'air pourraient avoir été retardés en raison des mesures de confinement prises en Chine continentale.

Comment l’expliquer. Ces barrières sanitaires ont fait baisser de 25% la quantité de particules fines (PM2,5) dans les villes confinées en janvier et février, ce qui a considérablement amélioré la qualité de l'air. Une baisse de 50% a même été observée à Zhengzhou, capitale de la province du Henan. Malgré ces baisses importantes, l’équipe de recherche a tout de même enregistré des taux de particules fines quatre fois supérieures en moyenne aux recommandations de l’OMS.

The Hong Kong University of Science and Technology