| | News

Le CERN dévoile sa stratégie européenne et n'écarte pas de construire un nouvel accélérateur de particules

Vue d'artiste du FCC | CERN

La mise à jour de la stratégie européenne en physique des particules était attendue de longue date. Le conseil du CERN l’a dévoilée ce 19 juin 2020. A la clé, un exercice de politique scientifique multilatéral entre ses 23 pays membres, qui définit les grandes orientations de la recherche en physique pour les années à venir. Habilement, elle n’écarte pas la construction d’un nouvel accélérateur, ni ne l’approuve formellement à ce stade. Les études de faisabilité doivent se poursuivre, et ce n’est pas avant la prochaine mise à jour de la stratégie, d’ici au moins 5 à 7 ans, que la question sera de nouveau mise sur la table.

Pourquoi c’est stratégique. Si la recherche en physique des particules prend du temps, la construction des grands accélérateurs prend encore plus de temps, sans parler des coûts engagés qui impliquent de convaincre plusieurs Etats membre d’investir. La construction du LHC a ainsi été approuvée par le conseil du CERN en 1994, mais le premier faisceau de particules n’a été émis qu’en 2008. Du point de vue scientifique, les physiciens doivent donc mutualiser les infrastructures autant que possible, et prévoir plusieurs années à l’avance quels seront leurs principaux objets d’étude.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi