Réservé aux abonnés

La vie aquatique du sous-sol se dévoile avec la science citoyenne

Échantillonnage au point de captage du bassin hydrographique de la Töss | Roman Alther

Bien que 80% de l’eau potable puisée en Suisse provienne des eaux souterraines, les écosystèmes de ces sous-sols sont très peu étudiés. Dans une étude pilote publiée le 31 mai dans la revue Subterrancan Biology, des chercheurs du groupe piloté par le professeur Florian Altermatt à l’Institut fédéral suisse des sciences et technologies aquatiques (Eawag) — également professeur à l’Université de Zurich — montrent l’apport des sciences citoyennes pour étudier la biodiversité de ce milieu difficile d’accès. Par la même occasion, cela a permis la découverte d'une nouvelle espèce.

Pourquoi utiliser la science participative. La principale raison pour laquelle les eaux souterraines suisses ont été peu étudiées jusqu’à présent, c’est qu’il est compliqué de les atteindre. C’est là que les scientifiques ont eu l’idée de faire appel aux bonnes volontés.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter