| | News

La variole décimait déjà les Vikings il y a 1400 ans

Détail de la tapisserie de Bayeux | Domaine public

Le virus de la variole, aujourd'hui éradiqué chez l'espèce humaine, a été identifié sous forme de trace d'ADN sur des dépouilles de Vikings du début du Moyen-Age, en Scandinavie, en Russie et en Angleterre. Il s'agit des plus anciennes traces directes de la maladie, qui vient ici de prendre un coup de vieux de près d'un millénaire.

Pourquoi c'est intéressant. La variole est l’une des maladies infectieuses les plus redoutables des derniers siècles. Officiellement éradiquée en 1980 grâce à une succession de campagnes de vaccination, elle aura malgré tout eu le temps au XXème siècle de toucher 300 à 500 millions de personnes, et d’en tuer 30%. Pourtant les connaissances historiques sur la maladie restent floues, notamment sur son origine et sa dispersion à travers l'espèce humaine au fil des millénaires. La plus ancienne trace génétique provenait jusqu'alors d'un enfant du XVIIème siècle, découvert en Lituanie.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi