La théorie de formation des planètes remise en cause par une géante gazeuse autour d'une étoile naine

Vue d'artiste de l'exoplanète GJ 5312b orbitant autour de son étoile et de la seconde potentielle planète | Guillem Anglada-Escude /IEEC / Science Wave / Spaceengine.org

GJ 5312b: sous ce nom de code se cache une exoplanète gazeuse, évoquée dans Science ce jeudi par une équipe internationale d’astronomes. Située à 9,5 parsecs de la Terre, soit environ 31 années-lumière, elle est particulièrement grosse par rapport à son étoile, une naine rouge huit fois plus petite que notre soleil, explique Sciences et Avenir.

Pourquoi c’est étonnant. Bien que largement présentes dans l’Univers, ces étoiles sont rarement accompagnées de planètes. Et pour cause, leur masse trop faible, et donc leur trop faible gravité, ne permettrait que difficilement de maintenir en place le disque de matière orbitant autour d’elles et qui est à l’origine des planètes. La taille importante de GJ 5312b, environ la moitié de Jupiter, nécessiterait cependant un temps relativement long pour qu’elle se forme selon le modèle classique d’accrétion. Un autre modèle a donc la préférence des chercheurs: l’effondrement gravitationnel.

link

Lire l'article dans Sciences et Avenir