| | News

La Suisse victime de sa pollution aux particules, entre feux de cheminée et plaquettes de frein

Fumées de cheminées, à Genève (image d'illustration) | SALVATORE DI NOLFI/KEYSTONE

La pollution aux particules fines est un fléau de santé publique, qui provoque des pathologies respiratoires et des troubles cardiovasculaires. D’où viennent ces particules? Pour mieux le comprendre, des chercheurs de l’Institut Paul Scherrer, à Villigen, ont analysé des particules collectées sur différents sites suisses, puis extrapolé à l’échelle européenne. Leurs résultats suggèrent que les sources les plus dangereuses ne sont pas toujours prises en compte par les politiques de préservation de l’environnement.

Pourquoi c’est intéressant. Les chercheurs sont allés au-delà des approches classiques, qui cartographient les particules par masse ou par taille. Ils les ont aussi analysées selon leur potentiel oxydant, c’est-à-dire selon la manière dont ces particules sont susceptibles d’interagir avec les cellules humaines.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi