| | News

La stimulation cérébrale, nouvelle piste dans le traitement de la dyslexie

Image d'illustration | Tim Kwee/Flickr/Creative Commons

La dyslexie peut provoquer de réelles difficultés dans l’apprentissage de la lecture ou la distinction des sons. Le 8 septembre dernier, des neuroscientifiques de l’Université de Genève ont montré, pour la première fois, qu’il était possible de réduire la dyslexie de manière non invasive par stimulation cérébrale. Leurs travaux ont été publiés dans la revue PLOS Biology.

Pourquoi c’est intéressant. En Suisse, la dyslexie touche un élève sur dix, et même sévèrement jusqu’à 2% d’entre eux. Pour le moment, des méthodes comportementales et de rééducation permettent de réduire ou maîtriser ces troubles. Cette étude, tout en démontrant le rôle de certains mécanismes neuronaux dans ce trouble de la lecture et de l’écriture, ouvrira peut-être la voie à de nouveaux traitements innovants.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi