| | radar

La revue scientifique open source PLOS peine à trouver la rentabilité

Image d'illustration | dave/Flickr/CreativeCommons

Le groupe de publication scientifique Public Library of Science (PLOS), spécialiste de l’open access, adopte-t-il le meilleur modèle d’affaires? C’est la question que pose The Scholarly Kitchen, blog de la Society for Scholarly Publishing, ONG soutenant le monde de la publication scientifique. Il pointe l’état des compte de la société, qui a dépensé plus d’argent qu’elle n’en a gagné en 2018.

Pourquoi on en parle. Ce n’est pas la première fois que la balance comptable de PLOS est dans le rouge. En fait, la dernière fois où le solde résultant était positif remonte à 2015, note l’article. Surtout, PLOS publie en open access, ce qui interroge sur la viabilité économique de ce modèle. La lecture des publications est gratuite, mais les auteurs d’un article doivent s’acquitter de frais, appelés Article Processing Charges (APC) permettant de couvrir les frais administratifs, notamment de relecture par les pairs (peer review). Le problème, c’est que la quantité d’articles publiés, par rapport à 2013, a chuté de plus de 30%…. De même que les revenus associés. Une voie, souligne The Scholarly Kitchen, serait de réduire les coûts fixes — il note qu’une ancienne CEO, partie en décembre 2016, a continué à percevoir 362’000 dollars (environ 361’300 CHF) en 2017.

link

Lire l'article sur The Scholarly Kitchen

Chaque jour, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi