| | News

La reconnaissance faciale corrigée à la main dans le Valais

Image d'illustration | Pixabay

L’institut de recherche en intelligence artificielle Idiap, installé à Martigny et affilié à l’EPFL, a annoncé avoir lancé un programme d’annotation manuel des bases de données photographiques, notamment utilisées dans les algorithmes de reconnaissances faciales. Avec une nuance de taille: ces opérations, d’ordinaire sous-traitées sur des plate-formes en ligne par ces anonymes du bout du monde, sont ici assurées directement à l’Idiap.

Pourquoi on en parle. Les algorithmes de reconnaissance faciale sont fréquemment critiqués pour leurs biais, surtout pour des groupes sociaux mal représentés dans les bases de données utilisées pour leur apprentissage, notamment dans le cadre judiciaire. Il peut en résulter des discriminations, ce qui a notamment conduit plusieurs entreprises comme IBM ou Amazon à ne plus mettre leurs outils de reconnaissance faciale à la disposition des forces de l’ordre. Sébastien Marcel, qui dirige le groupe de recherche Sécurité biométrique et confidentialité de l’Idiap, explique pour Heidi.news ce projet.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi