| | news

La population de la Rome impériale était largement constituée de migrants du Proche-Orient

Colisée de Rome | Maiterozas/Pixabay

La population de Rome, durant la période impériale, était issue en grande partie de migrations venues du Proche-Orient. Une situation unique dans son histoire, révélée par une étude génétique publiée ce jeudi 7 novembre dans Science.

Pourquoi on en parle. A son apogée, la Rome antique était une ville cosmopolite, au centre de l’un des plus grands empires de l’époque. Sa population provenait des quatre coins de l’Empire. Mais les études génétiques précises manquaient jusqu’ici pour définir les diverses origines de ses habitants de manière exacte.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi