Réservé aux abonnés

La NASA planche pour éviter de ramener la future pandémie depuis Mars

La sonde Persévérance quelques minutes avant d'entrer dans l'atmosphère martienne. l Keystone/AP/NASA /JPL-Caltech

Des échantillons extraterrestres qui, une fois sur Terre, déclenchent la future pandémie? C’est un scénario, digne des grands classiques de la science-fiction, auquel la NASA doit pourtant se préparer… Dans le cadre de la mission Mars Sample Return, des échantillons de la planète rouge pourraient faire leur arrivée sur Terre dès le milieu des années 2030. La mission a déjà débuté, la sonde Persévérance ayant commencé la collecte sur place. Pour l’équipe de spécialistes de la NASA chargée de la question, la «Tiger Team RAMA», le temps presse pour s’assurer de la biosécurité de ces échantillons, rapporte le New York Times.

Pourquoi il ne faut pas traîner. Pour établir une barrière étanche entre les échantillons martiens et l’écosystème terrien, un laboratoire P4 (la norme de biosécurité la plus drastique) doit être conçu et construit. Selon la NASA Tiger Team RAMA, qui passe en revue les installations les plus à la pointe du globe, la procédure pourrait prendre huit à douze ans. Par le passé, des roches lunaires et échantillons d’astéroïdes ont déjà été ramenés sur Terre. Mais pour l’exobiologiste John Rummel, ex-responsable de la protection planétaire de la NASA interrogé par le journal, la question martienne doit être traitée avec davantage de sérieux, car l’écosystème martien est totalement inconnu.

link

A lire dans le New York Times (EN)

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter