| | news

La liste noire des revues prédatrices s'est encore allongée

Le rayon des revues scientifiques, à la Bibliothèque nationale suisse. | Gaëtan Bally / Keystone

L’entreprise américaine de services aux chercheurs Cabells a annoncé début octobre que sa liste noire des revues prédatrices avait atteint 12'000 titres, soit trois fois plus qu’en 2017. Elle est désormais plus fournie que sa liste blanche des revues dignes de confiance, qui en contient 11'000!

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Chaque jour, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi