La Grande-Bretagne a déclaré la guerre… aux goélands

Fresque et photo id-iom

Les goélands sont une véritable plaie pour les Britanniques, nous raconte The Guardian (EN) en nous plongeant dans un univers que Hitchcock, avec ses Oiseaux, n’aurait pas renié. Ces volatiles sont même l’objet d’une véritable guérilla qui n’émeut guère les protecteurs des oiseaux, pourtant si réactifs outre-Manche.

Pourquoi c’est un problème. Ces oiseaux voraces n’ont plus peur de nous depuis longtemps. Leurs déjections transforment les trottoirs en patinoire. Pire: ils attaquent les humains, à tel point que des facteurs de Cornouailles avaient refusé, en 2013, de livrer le courrier dans certaines rues proches de la mer.

Selon The Guardian, les collectivités britanniques dépenseraient des centaines de milliers de francs chaque année pour contrôler la population des volatiles marins et les éloigner: chouettes en plastique, rapaces bien vivants, destruction des nids ou des œufs. Rien n’y fait, et le problème empire depuis quinze ans, selon une chercheuse de la London school of economics, citée par nos confrères britanniques.

link

Lire l’article dans The Guardian (EN)