| | News

La génétique casse le mythe des Vikings

Lors d'un festival viking en Grande-Bretagne. | KEYSTONE/EPA/David Cheskin

Encore un mythe qui s’effondre, celui de Ragnar, le Viking fier de sa lignée pure et de sa chevelure blonde. D’après une étude publiée dans Nature, le monde des Vikings n’était pas génétiquement homogène. Les pirates des mers nordiques avaient des ascendances européennes et même caucasiennes, voire asiatiques… Comme quoi être viking relève peut-être davantage de la culture que du sang. 

Pourquoi c’est intéressant. Par leurs raids, les Vikings ont profondément modifié le paysage de l’Europe entre le 8e et le milieu du 12e siècle. Ils ont organisé un important réseau de commerce, exporté des idées, des technologies et ont eu une influence politique majeure dans tous les pays qu’ils ont traversés. L’expansion viking aurait même atteint les côtes nord-américaines.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi