| | News

La France tourne le dos à l'homéopathie

Photo d'illustration | Yann Geoffray

C’est la fin d’un feuilleton qui dure depuis février 2018. La ministre de la Santé française, Agnès Buzyn, a enfin tranché. Elle suit l’avis de la Haute autorité de Santé et vient donc d’annoncer un déremboursement progressif des produits homéopathiques d’ici 2021.

Pourquoi c’est important. La France héberge le leader mondial de l’homéopathie, les laboratoires Boiron, et les petites granules de sucre sont très populaire dans l’Hexagone. La procédure de déremboursement a été lancée après la publication d’une tribune rédigée par plus d’une centaine de médecins, depuis rassemblés dans le collectif Fakemed. Ils y dénonçaient notamment le «charlatanisme» de leurs confrères homéopathes, ce qui leur a valu de nombreuses plaintes auprès du Conseil national de l’Ordre des médecins et de tribunaux civils.

Le déremboursement total des produits homéopathiques, qui sera effectif en 2021, devrait permettre à l’Assurance maladie d’économiser 130 millions d’euros par an. La ministre de la Santé a cependant souligné que le coût pour les patients ne devrait pas dépasser 2 euros par mois, pour les plus gros consommateurs.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi