| | radar

La baisse des émissions de CO2 liée à la crise du coronavirus se précise

Place à Saint-Pétersbourg. |Gilbert Sopakuwa/Flickr/Creative Commons

Alors que la Suisse et la France ont levé les mesures de confinement les plus restrictives, se pose la question de leur impact climatique. Des images satellites dévoilées par l’Agence spatiale européenne (ESA) suggéraient une baisse très forte sur certaines métropoles urbaines comme Paris, Milan ou Madrid. Des climatologues, par ailleurs à l’origine du Global Carbon Project, ont dévoilé dans la revue Nature Climate Change une estimation des émissions évitées par secteur d’activité. Ils précisent ce travail sur The Conversation.

Les leçons du confinement. Début avril 2020, au plus fort de la crise, le recul de l’activité mondiale a entraîné une baisse des émissions quotidiennes mondiales jusqu’à 17% par rapport à 2019, analysent les auteurs. Ce qui porte les émissions quotidiennes à leur niveau de 2006! 86% de cette baisse se concentre sur trois secteurs: le trafic routier, la production d’énergie et l’industrie. Finalement, les émissions de carbone du monde devraient diminuer de 2 à 13% pour 2020. En ligne avec l’Accord de Paris sur le climat et un rapport des Nations unies, selon lesquels les émissions mondiales doivent chuter de 3% et 7% par an d’ici à 2030 pour limiter à +2°C la hausse des températures… Reste un problème de taille: le très vraisemblable effet rebond dans les prochains mois.

link

A lire sur The Conversation

La newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi