| | Radar

L’Union européenne protège ses programmes de recherche de la Chine et des Etats-Unis

Commissaire à l'innovation à la recherche, la culture, l'éducation et la jeunesse, la bulgare Mariya Gabriel rompt avec la politique d’ouverture au reste du monde des ses prédécesseurs./EC

Les ministres de la recherche de l’Union Européenne ont convenu, au début du mois d’octobre, de mieux contrôler les participations d’entreprises américaines et chinoises au programme de recherche Horizon Europe dont le budget de 80 à 94 milliards d’euros sur sept ans est en phase finale de négociation, rapporte Science Business. Selon une nouvelle disposition insérée dans l'article 18 du texte d'Horizon Europe, Bruxelles pourra «exclure des appels à projets des entités juridiques établies dans l'Union ou dans des pays associés (comme la Suisse) contrôlés directement ou indirectement par des pays tiers non associés.»

Pourquoi c’est stratégique. En compétition avec la Chine et les États-Unis dans les technologies de pointe, l’Europe protège mal les recherches scientifiques qui sont parfois la source de ces technologies. La mesure prise vise clairement les GAFA américains et les entreprises chinoises. Il reste à voir dans quelles conditions fiscales, éthiques ou concurrentielles la Commission européenne appliquera cette décision, qui doit encore être approuvée par le Parlement.

link

Lire l’article de Science Business

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi