| | Idées

L’intelligence artificielle devra-t-elle créer elle-même les principes de sa régulation?

Olivier Dessibourg

Co-fondateur de Heidi.news, Olivier Dessibourg en a été rédacteur en chef adjoint et responsable du Flux Sciences jusqu'à mars 2020. Désormais directeur de la communication scientifique pour le Geneva Science and Diplomacy Anticipator (GESDA), il tient cette chronique régulièrement.

Comme les chocs entre particules dans des accélérateurs comme ceux du CERN, les collisions d’informations peuvent produire des résultats étranges, déconcertants voire épineux. Prenez l’intelligence artificielle, un domaine qui est source autant d’espoirs, d’exagérations que d’attentes, au vu de ce que les gouvernements (UE, Etats-Unis, Chine, etc.) ont annoncé vouloir y investir. Selon un récent rapport, les engagements totaux (privés et publics, certes) en la matière pourraient atteindre environ 110 milliards de dollars d’ici 2024!

Et ils font bien, ces gouvernements, selon le Boston Consulting Group (BCG). Dans une analyse parue en août, le célèbre cabinet de conseil en stratégie américain explique que:

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi