| | news

L’implication de la CIA dans Crypto AG était bien connue des experts suisses en cybersécurité

Pendant 48 ans, l'entreprise zougoise Crypto AG a servi à la CIA à espionner 120 pays. Credit: Keystone-ATS

Dans un commentaire sur LinkedIn, Lorin Voutat, un entrepreneur en série dans le domaine de la cybersécurité à Genève laissait entendre la semaine dernière que toute la communauté suisse de ce secteur connaissait les liens de Crypto AG avec les services secrets américains et allemands. Contacté par Heidi.news, il confirme que c’était même un argument de marketing pour Adeya, l’entreprise qu’il a fondée dans les années 2000. Un point de vue attesté par d’autres spécialistes et qui laisse planer de sérieux doute sur l’ignorance d’autorités helvétiques qui utilisent toujours les services de CyOne, l’entreprise issue de la liquidation de Crypto AG en 2018.

Pourquoi c’est important. Dans la foulée de la fin du secret bancaire, la Suisse tente de se présenter comme le champion de la protection des données privées et le coffre-fort numérique du monde comme l’illustre, par exemple, cet article de 2017 de Swisscom Magazine. Les révélations par le Washington Post et la chaine de télévision allemande ZDF du rôle de l’entreprise de chiffrement zougoise CryptoAG au service du renseignement allemand (BND) et américain (CIA et NSA) sapent cette stratégie. D’autant que c’est la neutralité qui permettait à Crypto AG d’exporter ses produits vers des pays sous embargo.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi