| | News

L’EPFL développe un système qui diminue l’usure des réacteurs à fusion

Le tokamak TCV de l'EPFL a servi de banc d'essai pour cette nouvelle technologie de contrôle./EPFL/Alain Herzog

Dans une étude publiée sur Nature Communications, des chercheurs de l'institut néerlandais DIFFER et du Swiss Plasma Center de l'EPFL exposent une méthode de contrôle inédite pour refroidir les particules très chaudes qui s'échappent intempestivement des plasmas de fusion. Associées à des algorithmes, les images prisent au rythme de 800 fois par seconde par une caméra développée par l’EPFL, DIFFER et le MIT ont permis de contrôler les gaz qui refroidissent ces particules pendant leur trajet lors d’expériences dans le Tokomak TCV de l’EPFL. C’est une étape importante en vue du grand projet international de fusion ITER en phase d’assemblage actuellement.

Pourquoi c’est crucial. Dans les tokamaks, les réacteurs à fusion nucléaire, le plasma, état de la matière obtenue à des températures extrêmes — jusqu’à 150 millions de degrés — génère de l’usure. En plus du bombardement — recherché — des neutrons sur les parois où est récupérée la chaleur pour produire de l’électricité, des particules s’échappent intempestivement mais inévitablement du plasma. Pour éviter qu’elles ne provoquent de l’usure intempestive, elles doivent être refroidies avec un niveau de précision extrême afin de ne pas perturber la bulle de plasma en suspension dans la chambre à vide du réacteur.

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi