| | Radar

«Islamo-gauchisme»: les libertés académiques françaises sur la sellette

Image d'illustration | BOULENGER Xavier / Shutterstock.com

Déjà secoué par la précarité estudiantine et par une loi de programmation de la recherche qui fédère contre elle la quasi-totalité des enseignants chercheurs, le monde universitaire français est frappée par une nouvelle polémique. La semaine dernière sur CNews, la ministre de la Recherche Frédérique Vidal a dénoncé «l’islamo-gauchisme» qui sévirait dans les universités françaises, pointant du doigt de «nouvelles radicalités»: décolonialisme et autres champs de recherche issus des «cultural studies». Outre-Atlantique, le média Vice se montre très critique, et rappelle l’échéance-clé des élections présidentielles françaises en 2022.

Pourquoi c’est inquiétant. La ministre a, dans la foulée, demandé une enquête au sein des universités sur ce qu’elle juge être un frein à la liberté d’expression. Mais en reprenant à l’extrême droite le mot-valise «islamo-gauchisme», Frédérique Vidal montre combien le vocabulaire gouvernemental est noyauté par des idéologies conservatrices et d’extrême-droite. Quiconque s’intéressant aux discriminations envers les musulmans se voit suspecté d’être complice de l’islamisme. Pour leur part, les universitaires dénoncent des procédés d’intimidation et redoutent une répression des libertés académiques. Tout cela a un goût de déjà-vu pour les universitaires anglo-saxons supposés répandre une culture «woke», mais les ministres français se montrent autrement plus explicites dans leurs offensives que leurs homologues américains et britanniques.

link

A lire sur Vice

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi