| | News

Il y a plus de 13'000 ans, le loup de Game of Thrones ne se mélangeait pas aux autres

Quelque part dans le sud-ouest de l'Amérique du Nord, à la fin du Pléistocène, une meute de loups sinistres (Canis dirus) se nourrit des bisons qu'ils ont tués, tandis qu'une paire de loups gris (Canis lupus) s'approche | Mauricio Antón

Parfois géniales et inventives, nos séries TV s’inspirent malgré tout de la réalité, même pour leurs animaux mythologiques. Ainsi les direwolves, ou «loups sinistres», qui accompagnent les héritiers de la maison Stark dans une série télé bien connue, ont bien existé. Leur disparition, il y a environ 13’000 ans, pourrait avoir été causée par leur incapacité à se métisser avec les autres populations de canidés, selon une nouvelle étude parue dans Nature.

Pourquoi c’est intéressant. Avec un poids de près 70 kilogrammes, le loup sinistre était l’un des grands prédateurs du continent américain. Vu la quantité de fossiles répertoriés, il aurait même été très commun jusqu’à son extinction il y a environ 13’000 ans. Il est évoqué dans de nombreux mythes, jusqu’aux plus populaires de notre époque. Mais on ne sait pas grand-chose de ce redoutable mammifère. L’analyse de son ADN fossile permet de le situer dans la grande famille des canidés et révèle qu’il avait peu de choses en commun avec le loup gris, malgré leur ressemblance.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi