| | News

25 hectares et 360 millions d'années pour la plus vieille forêt fossile, retrouvée en Chine

Reconstitution de la forêt côtière de Xinhang, en Chine, au Dévonien supérieur | Zhenzhen Deng

Une forêt primitive, datée du Dévonien supérieur, entre 360 et 372 millions d’années, a été découverte à Xinhang, dans l’est de la Chine. Décrite ce jeudi dans la revue Current Biology, elle dépasse de loin en superficie les autres rares exemples connus pour cette époque.

Pourquoi on vous en parle. Les arbres les plus anciens seraient apparus entre le milieu et la fin du Dévonien. Cependant, les données fossiles pour cette période sont rares et cantonnées à quelques sites de petite taille en Amérique du Nord et en Europe. La forêt de Xinhang permet donc d’étendre à l’Asie la répartition géographique des forêts primitives. Avec 25 hectares de superficie, elle est également le plus ancien exemple de forêt d’une telle envergure.

Les détails. La forêt est constituée de lycophytes, plus anciennes plantes vasculaires connues. Sans graines ni fruits, elles se reproduisent uniquement via des spores. Aujourd’hui réduites à des espèces herbacées de quelques centimètres de haut, les lycophytes pouvaient atteindre plusieurs mètres à l’ère primaire. C’est notamment le cas de Guangdedendron micrum, unique espèce présente sur le site de Xinhang, dont la taille variait entre un et sept mètres. Ceci est peu de chose face aux géants du Carbonifère, juste après le Dévonien, pouvant dépasser les 200 mètres.

lycopsid.jpg
Reconstitution de G. micrum (juvénile et adulte). Tige fossilisée à Xinhang. | Zhenzhen Deng, Deming Wang et Le Liu

L’environnement. Selon les auteurs, cette forêt a poussé dans un milieu côtier, près de la ligne d’équateur de l’époque. Guangdedendron micrum étant le premier lycophyte à avoir un système racinaire important, ceci aurait permis de stabiliser le littoral à la façon des mangroves actuelles. L’existence de forêts de cette taille dès le Dévonien indiquerait également que les forêts ont pu participé à la chute du taux de CO2 atmosphérique observée à cette époque. Ceci dans une plus large mesure que ce les paléontologues pensaient auparavant.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi