| | radar

Il pleut du plastique jusque dans les parcs naturels américains

Pluie sur le Grand Canyon | Kevin Dooley/Creative Commons/Flickr

L'équivalent d’au moins 120 millions de bouteilles en plastique, soit 1000 tonnes de microplastiques, tombe chaque année, transporté par la pluie et le vent, sur plusieurs parcs naturels américains tels que ceux de Joshua Tree, du Grand Canyon ou de Bryce Canyon, même les plus isolés. Une bonne partie sont des microfibres synthétiques utilisées par l’industrie textile. C’est la conclusion d’une étude publiée dans Science le 12 juin, et relayée par Wired.

Pourquoi c’est préoccupant. Qu’on retrouve du plastique dans les écosystèmes naturels n’a hélas rien d’étonnant: on en retrouve jusque dans les neiges des Alpes ou dans les glaces de l’Arctique. Ici, 98% des échantillons collectés sur un an contenaient des particules de micro-plastique. Leurs effets sur la faune (ainsi que sur la santé humaine), probablement négatifs, restent encore à préciser. Surtout, ce type d’étude contribue à expliquer où part la pollution plastique, qui semblait jusque-là «disparaître» dans l’environnement, et montre qu’il n’en est rien: le plastique est réduit en micro-fragments ensuite dispersés au gré de la météo.

link

A lire dans Wired

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi