| | News

Antonio Loprieno: «Aujourd'hui, la titularisation des professeurs d'université n'a plus lieu d'être. Il faut flexibiliser ces positions»

Antonio Loprieno, président des Académies suisses des sciences. | Gaëtan Bally / Keystone

Les jeunes scientifiques qui veulent poursuivre une carrière académique cumulent souvent les contrats de durée déterminée pendant de nombreuses années. Heidi.news a consacré ce lundi un article fouillé à ce phénomène qui suscite une fronde de plus en plus importante des associations de chercheurs.

Antonio Loprieno, président des Académies suisses des sciences et professeur d’égyptologie à l’Université de Bâle, livre son analyse de la problématique. Il plaide pour une remise en question du statut des professeurs.

Cet article est réservé aux abonnés.

  • Accédez en illimité à nos actualités, reportages et enquêtes.
  • Partagez des articles réservés aux abonnés avec vos proches
  • Soutenez une rédaction indépendante.
  • Rejoignez plus de 5000 lectrices et lecteurs qui croient en notre projet.
  • Bénéficiez de 30 jours d’essai gratuit et sans engagement.
S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi