| | News

Comment reprendre les fouilles archéologiques en respectant les normes sanitaires

Fouille archéologique à Russy, Fribourg | Service archéologique de l’Etat de Fribourg

Les fouilles archéologiques ne concernent pas uniquement la recherche universitaire. Lors de tout chantier de construction, des sondages puis, au besoin, une fouille de sauvegarde sont réalisés avant de poser la première pierre. Or, entre le semi-confinement et les règles sanitaires à mettre en place, l'exercice de l’archéologie dite préventive s’est parfois avéré difficile. Reto Blumer et Sonia Wüthrich, archéologues cantonaux respectivement à Fribourg et Neuchâtel, expliquent comment ils ont adapté leurs missions.

Limiter les retards pour les constructeurs. «Nous avons dû interrompre nos fouilles au début du confinement, explique Reto Blumer. De nombreuses incertitudes demeuraient sur les distances sociales à maintenir et comment assurer la sécurité sanitaire des fouilleurs. Cela a duré trois semaines environ. Puis, avec certaines adaptations comme une réduction du nombre de fouilleurs, nous avons pu reprendre. Les chantiers de constructions continuant, il nous a cependant fallu poursuivre en continu les opérations de suivi. Même si cela se fait en coordination avec les contremaîtres, c'est encore une activité se déroulant généralement en solo, donc possible malgré les circonstances.»

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi