Elisabeth Bik reçoit le prix Maddox pour son combat contre la fraude scientifique

Sgerbic/Creative Commons

La microbiologiste néerlandaise Elisabeth Bik a reçu le prix John Maddox — initiative conjointe de l’ONG Sense about Science et de la revue Nature — d’une valeur de 3000 livres sterling. Il s’agit pour le jury de reconnaître «son travail exceptionnel de dénonciation des menaces qui pèsent sur l'intégrité de la recherche dans les articles scientifiques, notamment la manipulation d'images, le plagiat, la manipulation de données et les problèmes méthodologiques.» En mars 2021, nous dressions le portrait de cette spécialiste en intégrité scientifique.

Lire aussi: Le débat scientifique piégé entre tribunaux et réseaux sociaux

Pourquoi c’est important. A la faveur de la pandémie, la discussion sur la fraude scientifique a gagné une visibilité inédite. Elisabeth Bik a identifié près de 5000 articles scientifiques problématiques, ce qui a mené à des rétractations et à des correctifs. Mais aussi à des vagues de harcèlement, avec des menaces et tentatives d’intimidation — particulièrement lorsqu’elle a critiqué la qualité des travaux sur l’hydroxychloroquine menés par le microbiologiste français Didier Raoul. Le jury du prix a noté qu’Elisabeth Bik est «virtuellement seule à agir aux yeux du public», et que ses «efforts inlassables encouragent le public et les autres scientifiques à apprendre à repérer les données manipulées»

Mohammad Sharif Raza, chercheur et clinicien à la faculté de médecine de Saint Georges (Université de Londres), a également été récompensé pour la déclinaison du prix Maddox réservée aux jeunes chercheurs, pour ses travaux sur les inégalités raciales dans l’accès au soin.

link

A lire dans le Times of Higher Education (EN)