| | News

Des économistes de l'EPFL et de l'UNIL rappellent en quoi SwissCovid est utile

L'application smartphone de contact tracing numérique SwissCovid est fonctionnelle depuis le 25 juin | JEAN-CHRISTOPHE BOTT/KEYSTONE

Ce 25 juin 2020 est lancée SwissCovid, l’application suisse de contact tracing numérique du coronavirus. Son utilisation repose uniquement sur le volontariat. Or, au cours des dernières semaines, le scepticisme des Suisses face à cette solution technologique a augmenté. Des économistes de l’Université de Lausanne, de l’EPFL et de l’IMD rappellent, à l’occasion de sa sortie officielle, en quoi son utilisation est utile, tant d’un point de vue collectif qu’individuel.Ils mettent en balance les coûts individuels liés à l’utilisation de l’application et ses bénéfices publics attendus.

Pourquoi c’est polémique. Faut-il utiliser ou non SwissCovid? Alors que l’enjeu de l’application est de briser au plus tôt les chaînes de transmission de la maladie, sa dimension altruiste a été partiellement occultée par la question, très technologique et individuelle, des risques pour les données personnelles, notamment liés au protocole Bluetooth. Mais il ne s’agit pas seulement d’altruisme: l’utilisation de l’app présente aussi des avantages individuels, rappellent ces économistes. A leurs yeux, les coûts individuels semblent négligeables face aux bénéfices publics attendus, consistant à sauver des vies.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi