| | news

Dans la Bolivie précolombienne, les chamanes carburaient déjà à la cocaïne

Plant de coca | H. Zell - Université du Michigan

Des analyses chimiques démontrent que dans la Bolivie précolombienne, vers l’an 1000, les chamans inhalaient ou prisaient déjà des feuilles de coca séchées.

Pourquoi c’est important. Les progrès dans la sensibilité des appareils d’analyse chimique permettent aux archéologues de mieux connaître les pratiques et les coutumes du passé, comme l’ont montré des travaux récents s’appuyant sur des analyses d’urine dans le sol (FR). Cette découverte en Bolivie, basée elle aussi sur une étude chimique, confirme que les civilisations précolombiennes possédaient un savoir botanique très riche.

Ce qui a été découvert. La grotte de Cueva del Chileno avait été découverte en 2008, à 3890 mètres d’altitude, dans l’Altiplano Bolivien. Le site présente des traces d’occupation qui remontent jusqu’il y a 4000 ans. Parmi les objets retrouvés, les archéologues ont repéré un kit de rituel dans un sac de cuir. On y trouve notamment un tube à inhaler sur lequel sont attachés deux cheveux humains, des spatules en os de camélidé, un bandeau frontal, une poche en peau de renard, et des restes de plantes séchées attachées à de la ficelle et de la laine.

precolomb.jpg
Un nécessaire pour rite chamanique, comportant un sac de cuir, une poche en peau de renard (en haut à D.), deux tablettes à priser, un tube à inhaler, deux spatules, des plantes attachées par de la ficelle et un bandeau | Juan V. Albarracin-Jordan & José M. Capriles

Ces objets remontent à entre 905 et 1170, une période qui correspond au déclin de la civilisation Tiwanaku, pour laquelle on a souvent retrouvé du matériel d’inhalation en relation avec d’autres vestiges de rites religieux.

Les produits retrouvés. Les chercheurs américains et boliviens ont soigneusement gratté certains objets retrouvés pour en analyser le contenu au laboratoire. L’intérieur de la poche en peau de renard recelait cinq composés psychotropes, dont de la cocaïne, laissant penser qu’elle a pu contenir trois plantes psychoactives différentes. L’une d’entre elles est vraisemblablement de la coca, dont les feuilles sont mâchées pour lutter contre le mal des montagnes, et dont les narcos tirent la cocaïne pour leurs trafics.

C’est la première fois qu’on retrouve autant de plantes associées dans des kits chamaniques précolombiens.

Juan V. Albarracin-Jordan and José M. Capriles.jpg
La grotte de Cueva del Chileno, où le matériel chamanique a été découvert en 2009 | Juan V. Albarracin-Jordan & José M. Capriles

link

Lire les travaux scientifiques dans les PNAS (EN)

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi