| | news

Covid-19: L’EPFL joint ses forces à un projet européen de «contact tracing» numérique

Une personne portant un masque regarde son téléphone portable (image d'illustration) | WOLFGANG KUMM/DPA/KEYSTONE

Face à la pandémie de Covid-19, le numérique a un rôle à jouer. La propagation rapide de la maladie la rend difficile à contenir par des mesures classiques de contact tracing manuel (reconstitution de la liste des personnes avec qui les malades ont été en contact). Or, il faut pouvoir les prévenir le plus rapidement afin qu’ils puissent se mettre auto-quarantaine, chaque heure perdue pouvant se traduire par de nouvelles personnes contaminées. Au sein d’un consortium de 130 partenaires académiques et industriels, l’EPFL participe à un vaste projet européen visant à le faire grâce aux outils numériques et à la téléphonie mobile… Mais dans le respect de la vie privée. Présentation.

Pourquoi c’est important. Cette approche numérique, largement explorée par la Chine début 2020, est efficace pour contrôler l’épidémie, comme le montre un article paru dans Science le 31 mars. Surtout, elle permettrait d’accélérer le retour à la normale dès la levée des mesures de confinement en vigueur dans de nombreux pays européens. Sans ce type de suivi, toute résurgence ultérieure de la maladie pourrait rallumer des foyers épidémiques, et imposer de nouvelles mesures de confinement très lourdes au plan économique.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi