| | news

Comment l'ESA a assuré les manœuvres de la sonde BepiColombo en pleine pandémie

Vue d'artiste de la sonde BepiColombo lors de son survol de la Terre | ESA

Le 10 avril, la sonde spatiale BepiColombo, en route vers Mercure, est passée à seulement 12’685 km de la Terre, afin de bénéficier de sa gravité pour la propulser. Une manœuvre loin d’être évidente, qui a été réalisée par les équipes de l’Agence spatiale européenne (ESA) en pleine pandémie mondiale de Covid-19. Elsa Montagnon, responsable des opérations de vol ESA de BepiColombo au Centre européen des opérations spatiales (ESOC) à Darmstadt (Allemagne), explique à Heidi.news le caractère inédit de la situation.

Pourquoi c’est une prouesse. Après qu’un employé du centre spatial de Darmstadt a été testé positif au Covid-19 en mars, de nombreuses équipes ont été placées en quarantaine chez elles. Plusieurs missions dont Solar Orbiter, qui a décollé au début de l’année, mais aussi ExoMars et Mars Express ont brièvement été placées en veille afin de limiter le personnel présent au centre de contrôle. Pour BepiColombo en revanche, impossible de remettre à plus tard la manœuvre de «flyby». Heureusement, les opérations, qui ont mêlé une présence minimale sur site et beaucoup de télétravail, se sont déroulées comme prévu.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi