| | idées

Scientifiques, communicants et journalistes: un ménage à trois acrobatique

Denis Duboule est professeur au Département de génétique et évolution de la Faculté des sciences de l’UNIGE et à l’Institut suisse de recherche expérimentale sur le cancer de l’EPFL.

L’éditorial de Heidi.news du 6 octobre sur la communication institutionnelle de la science, son manque ontologique de sens critique et sa prise de pouvoir sans complexe sur le journalisme scientifique m’a bien intéressé. A-t-on encore besoin de journalistes indépendants pour communiquer la science ou les institutions se suffisent-elles à elles-mêmes, comme certains semblent le croire? Les arguments de Serge Michel sont tous recevables mais il sous-estime le point essentiel à l’origine de ce que l’on peut effectivement considérer comme une dérive: la quasi-obligation de communiquer faite aux chercheurs-euses depuis quelques années, ainsi qu’à leurs institutions.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

La newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi