| | News

Comment le confinement a modifié le bruit sismique de la planète

A Genève aussi, l’effet du semi-confinement a été perceptible au sismomètre. Image: Réseau sismologique suisse (voir plus bas)

Fin mars, plusieurs sismologues dans le monde commençaient à documenter le phénomène: les mesures de confinement progressivement mises en place par les pays autour du globe ont entraîné une réduction inédite du bruit de fond sismique, capté par les sismomètres pour surveiller les tremblements de terre. Ils livrent aujourd’hui des résultats précieux, publiés dans la prestigieuse revue Science. Dans certaines régions, y compris en Suisse, la réduction du bruit sismique a atteint des proportions de 50% entre mars et mai 2020.

Pourquoi on en parle. Une telle réduction, à une échelle globale, n’a jamais été vue depuis que l’on dispose de réseaux de mesure sismique. Elle représente une opportunité scientifique originale pour mieux comprendre l’influence des activités humaines sur le bruit sismique. L’espoir, à terme, est aussi de pouvoir utiliser ces données sismiques pour estimer les mouvements de populations, de la même façon que le sont aujourd’hui les données de téléphonie mobile fournies par les opérateurs.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi