| | News

Comment le CEVA va faire tomber (ou pas) les barrières mentales entre Genève et la France voisine

La gare de Lancy Pont-Rouge. | Martial Trezzini / Keystone

Le CEVA, la liaison ferroviaire entre la gare de Genève Cornavin et Annemasse, sera inaugurée ce jeudi 12 décembre. Sa mise en service aura lieu le dimanche 15 décembre. L’ouverture de ce tronçon très attendu permet le déploiement du Léman Express, un vaste réseau transfrontalier de 45 gares et 230 kilomètres de voies qui s’étendra du canton du Vaud à Annecy, Evian ou encore Saint-Gervais-les-Bains. Les autorités anticipent 50'000 passagers par jour. Avec à la clé un beau potentiel de diminution du trafic automobile sur le territoire genevois, estimé à 12%.

Pourquoi c’est important. Après des décennies de discussions, d’innombrables recours et huit ans de travaux, Genève se dote enfin d’un véritable RER. Au-delà de l’enjeu majeur de la circulation routière, chroniquement encombrée, cette nouvelle offre de transport influencera les habitudes d’achats, de loisirs ou encore les choix résidentiels des habitants de la région, selon les urbanistes et les sociologues qui effectuent de recherches sur le sujet.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi