Réservé aux abonnés

«Comme des dominos tombant les uns sur les autres»: l'éclairage de la physique sur le drame de Séoul

Le Japon a décrété un jour de deuil national et s'interroge encore sur les raisons d'un tel accident. | Keystone.

Ce samedi 29 octobre, plus de 150 personnes sont décédées dans l'un des mouvements de foule les plus meurtriers de la décennie à Séoul, lors de célébrations d'Halloween.

Des corps partout, dans les rues, dans des brancards réquisitionnés pour l’occasion, et à même le sol, jusqu’à ce que les secours les récupèrent. Ce samedi 29 octobre à Séoul, un mouvement de foule a fait plus de 150 victimes dans les ruelles étroites du quartier de Itaewon, après un mouvement de foule particulièrement meurtrier. La soirée devait être l’occasion de retrouvailles informelles et d’une nuit de fête, alors que les célébrations d’Halloween avaient été interdites depuis les débuts de la pandémie de Covid-19. Plus de 100’000 personnes étaient attendues.

Comment expliquer un tel bilan? Les explications de Mehdi Moussaïd, chercheur en comportement des foules à l'institut Max-Planck et vulgarisateur scientifique sur la chaîne YouTube Fouloscopie.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter