| | reportage

CHEOPS, le télescope spatial suisse a observé sa première exoplanète

Le télescope spatial servira à mieux caractériser les exoplanètes connues à ce jour | ESA

C’est la première mission spatiale entièrement conçue en Suisse. L’enjeu de CHEOPS: non pas trouver de nouvelles planètes hors de notre système solaire, mais caractériser certaines de celles qui sont déjà connues. Une tâche déterminante pour mettre les astronomes sur la bonne piste de la découverte d’une possible vie extraterrestre. Le satellite suisse a d’ores et déjà observé ses premières exoplanètes, a révélé le 16 avril l’Agence spatiale européenne (ESA). La campagne d’observation a ainsi débuté, et durera jusqu’à 2023.

Pourquoi c’est important. Pour les scientifiques des Universités de Berne et Genève, qui ont géré ce projet pour le compte de l’ESA – le premier de cette dernière consacré aux exoplanètes–, c’est l’aboutissement de presque sept ans d’efforts tendus. De quoi faire briller la Suisse dans la galaxie des pays pouvant se targuer de mener des missions spatiales d’envergure.

Heidi.news avait été invité par l’ESA pour couvrir le décollage le 18 décembre 2019. Reportage et explications sur la mission scientifique de CHEOPS:

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi