| | news

Cette pie-grièche révèle l'utilisation trop intensive des terres agricoles en Suisse

Pie-grièche écorcheur | Patrick Donini

Il est des palmarès qui veulent dire bien plus que ce qu’on en lit au premier abord: la pie-grièche écorcheur a été élue «Oiseau de l’année 2020» par l’association BirdLife Suisse. La lauréate n’a probablement pas encore appris la bonne nouvelle, car en ce moment, cet oiseau facilement reconnaissable à son bandeau noir, sa tête grise et son dos couleur rouille est dans les savanes de l'Afrique de l'Est et du Sud, où il profite de l’abondance d'insectes.

Pourquoi elle. Pour bien vivre, la pie-grièche écorcheur a besoin de buissons épineux pour nicher et de prairies maigres où vrombissent beaucoup d’insectes pour se nourrir. Autant que possible, ces éléments doivent être présents en quantité suffisante dans le paysage. La pie-grièche écorcheur est donc une bonne ambassadrice de l'infrastructure écologique et d'une agriculture respectueuse de la nature. Or en Suisse, en raison de l'utilisation très intensive des terres agricoles, les populations de ce volatil starifié aujourd’hui ont diminué de moitié au cours des 30 dernières années.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi