| | Radar

Ce que des rats entraînés à conduire peuvent nous apprendre sur les maladies neurologiques

Fast & furiously cute | Kelly Lambert/University of Richmond

Les rats sont des rongeurs intelligents, souvent utilisés comme modèle animal par la science. Des chercheurs américains viennent de prouver, une fois de plus, l’étonnante neuroplasticité de leur cerveau, en leur apprenant à conduire un minuscule véhicule à propulsion électrique, construit à partir de bouteilles en plastique! Leur étude, publiée dans Behavioural Brain Research, a été détaillée par le New Scientist. Leur comportement a été filmé (voir en fin d’article).

Pourquoi c’est intéressant. Au cours de l’apprentissage, les rats ont d’abord associé le fait de toucher l’une des flèches de direction du véhicule à une récompense sucrée, en l’occurrence des céréales de petit-déjeuner. Une fois ce comportement acquis, d’autres sucreries ont été disposées de plus en plus loin dans la cage afin que les rats apprennent à conduire sur de plus longues distances. La trouvaille? Apprendre à conduire aurait un effet relaxant sur les rats! Ces scientifiques imaginent désormais que l’on puisse remplacer le traditionnel test du labyrinthe, souvent utilisé en neurosciences comportementales, par ce test de conduite, qui serait plus à même de révéler les symptômes moteurs de pathologies comme la maladie de Parkinson.

link

Lire l'article publié sur New Scientist

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi