Réservé aux abonnés

Ce qu'a vu la sonde Voyager 2 aux confins du système stellaire, là où s'éteint le vent solaire

Les différents instruments embarqués par la sonde | Nasa

Un si long voyage… Cela fait maintenant 42 ans que les sondes jumelles Voyager s’élancent vers l’extérieur du système solaire. Elles ont survolé Jupiter, Saturne, Uranus, et beaucoup de leurs satellites. Il y a presque un an jour pour jour, Voyager 2, après Voyager 1, a quitté la limite de l’héliosphère, zone d’influence des vents solaires, pour rejoindre le milieu interstellaire... Une équipe d’astrophysiciens en dévoile les premiers résultats, à travers cinq publications distinctes dans Nature Astronomy.

Pourquoi c’est intéressant. Notre soleil éjecte continuellement du plasma — mélange d’ions et d’électrons — autour de lui, c’est ce qu’on appelle le vent solaire. Sa zone d’action n’est toutefois pas infinie: elle est limitée par ce qu’on appelle l’héliosphère. A ses confins, une onde de choc née de la rencontre entre ce plasma solaire, les particules du milieu interstellaire, et les rayonnements cosmiques, puis une couche-limite, appelée héliogaine (ou heliosheath), où le vent solaire est ralenti, et s’écoule de façon turbulente. Qu’y-a-t-il au-delà? Les sondes Voyager sont les premières à s’y aventurer…

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter