| | enquête

Aux HUG, certains médecins sitôt formés sont priés de démissionner

Vue extérieure des HUG à Genève | Keystone

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les médecins en formation bénéficient de contrats à durée indéterminée. Mais ils ne peuvent en réalité rester qu’un certain nombre d’années en poste comme interne ou chef de clinique. La hiérarchie demande à ceux qui ne sont pas promus à un échelon supérieur de… démissionner !

Pourquoi c’est problématique. En cas de chômage, de maladie ou de grossesse, une démission ne protège pas l’employé de la même manière qu’un licenciement. Cette pratique controversée concerne tous les services de l’hôpital, selon l’Association des médecins d’institutions de Genève (AMIG).

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi