| | Reportage

Au CERN, les habits neufs de l'accélérateur LHC pour 2021

CERN

De quoi sera faite la science du futur au CERN (l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire)? Son instrument phare, l’accélérateur de particules LHC est surtout connu pour avoir permis de confirmer l’existence du boson de Higgs en 2012. Une découverte qui a valu au physicien éponyme le prix Nobel en 2013. Mais au CERN, la recherche scientifique continue. L’accélérateur fait actuellement peau neuve: il est arrêté jusqu’à mi-2021 pour des travaux qui rendront possibles de nouvelles expériences.

Pourquoi c’est intéressant. L’enjeu de ce vaste chantier qui doit assurer jusqu’en 2040 l’avenir de la recherche en physique nucléaire européenne? Multiplier le nombre des collisions de protons, afin d’augmenter la probabilité de découvrir de nouvelles particules rares permettant peut-être de décrire la «matière sombre» qui emplit un quart de l’Univers mais dont les physiciens ignorent la nature, ou d’expliquer l’immense déséquilibre entre matière et antimatière dans l’Univers, alors que ces deux entités étaient à l’équilibre juste après le Big-Bang.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi