Réservé aux abonnés

Annulé en Russie, le «Nobel» des mathématiques ira-t-il à l’Ukraine?

MATHUNION.ORG/S. ZACHOW

Dans le monde feutré des mathématiques, la médaille Fields est l’équivalent du prix Nobel. Alors que l’édition 2022 aurait dû se tenir le 5 juillet à Saint-Pétersbourg, la guerre en Ukraine est venue jouer les trouble-fêtes: l’Union mathématique internationale (IMU) a décidé de déplacer la cérémonie à Helsinki, la capitale européenne la plus proche. Une chercheuse ukrainienne, en poste en Suisse romande, figure parmi les lauréats pressentis.

Pourquoi cette édition sera particulière. La médaille Fields est remise tous les quatre ans lors du Congrès international des mathématiciens (ICM). A la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le congrès a basculé en distanciel, et l’IMU a même décidé de se passer de la contribution – tant financière qu’en matière de représentation officielle – de la Russie. Un pays d’où viennent pourtant beaucoup de mathématiciens d’exception.

Médaille Fields, mode d’emploi. Les médailles Fields sont tous les quatre ans, mais à plusieurs mathématiciens: deux, trois ou quatre lauréats selon les années. Et surtout, elles ne récompensent que de jeunes chercheurs, de moins de 40 ans. La dotation financière est également plus faible que celle des Nobel: 15’000 dollars canadiens (un peu plus de 11’000 francs) par candidat, contre 700’000 francs à partager entre 1 à 3 colauréats pour le Nobel.

Qui décide des médailles Fields, et comment? C’est la tâche du comité Fields, constitué par le président de l’IMU en assemblée générale, la dernière ayant eu lieu en 2018 à São Paulo.

«Sa composition reste secrète jusqu’à la remise des prix, détaille Alain Valette, professeur à l’Institut de mathématiques de l’Université de Neuchâtel et Président de la Société mathématique suisse (SMS). Le comité Fields peut aussi solliciter des avis auprès de la communauté scientifique pour affiner son choix». Il se base sur une liste de noms soumis par la communauté des mathématiciens, qui peuvent ainsi nommer leurs pairs. «On ne peut se nommer soi-même», avertit-il.

Il y a toutefois une date limite pour les nominations, fixée au 1er décembre 2021… soit bien avant le début de la guerre en Ukraine.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter